Info-flash du 28 mars 2019

Négociation de la Convention Collective Praticiens Conseils

La deuxième réunion s’est déroulée ce mardi 26 mars 2019

En préambule, le directeur de l’UCANSS a insisté sur le fait que les trois conventions collectives (employés, agent de direction et praticiens conseils) étaient en cours de négociation, qu’évidemment il veillerait à une cohérence entre ces trois négociations et que l’enveloppe était contrainte avec une Rmpp à 1,5 et 0,2 % (puis 0,3%) par an sur la durée de la COG consacré à l’évolution de la Convention Collective.

Puis ont été abordés, le contexte de la négociation, la structure globale de la classification, certaines thématiques spécifiques et finalement les objectifs de cette négociation.

Concernant le contexte, il a rappelé que cette négociation s’inscrit dans le cadre d’une obligation quinquennale. Il nous a assuré que sa finalité était de donner du plus notamment dans le cadre de la recherche d’attractivité du métier. Pour autant pour le directeur de l’UCANSS, ce plus passera forcément par des aménagements spécifiques de certains types de rémunération.

Concernant la structure globale de notre classification, la direction de l’UCANSS nous a présenté un comparatif de nos rémunérations avec celles d’un panel de la profession médicale sur 12 organismes privés ou publics. Il en ressort que la rémunération brute annuelle est globalement supérieure pour les praticiens conseils. Nous avons fait remarquer que ce comparatif ne tient pas compte de l’ancienneté et ne concerne que la rémunération fixe, il est donc peu exploitable. Nous avons regretté que ce comparatif n’ait pas été fait avec la rémunération des praticiens conseils du RSI, régis par la même convention collective. Le directeur de l’UCANSS a reconnu que l’évolution de la rémunération était meilleure au RSI, pour lui cela « dépend des moyens mobilisés ».

Ensuite, ont été abordées les structures des différents niveaux, il ressort essentiellement une progressivité plus importante des niveaux A vers le niveau B et un poids important de la rémunération par expérience par rapport à la contribution. Au vu de ce constat le directeur de l’UCANSS a indiqué que la rémunération par points d’expérience professionnelle pouvait faire l’objet d’une réflexion dans le cadre de cette négociation.

Nous avons insisté sur l’attachement que le corps des praticiens conseils avait pour cette rémunération à l’ancienneté, seule rémunération qui permet aujourd’hui une attribution équitable et certaine pour chaque praticien conseil.

Nous avons indiqué que la réflexion, devait plutôt porter sur une dissociation des points par expérience et par contribution dans le calcul des 30 % annuels d’attribution, sans remettre en cause l’attribution de points d’ancienneté. Le directeur de l’UCANSS nous a fait remarquer que les autres personnels ne bénéficiaient plus de points d’expérience.

La direction de l’UCANSS a ensuite fait un focus sur des thématiques spécifiques notamment :

  • les difficultés de recrutement,
  • le manque d’engouement pour le niveau B,
  • les inégalités de répartition géographique avec des zones sous dotées car peu attractives et/ou faisant faces à des départs vers des secteurs concurrentiels,
  • le peu de praticiens conseils au plafond de la grille de rémunération,
  • les motifs de départs hors retraite (démission, licenciement par inaptitude),
  • certaines données du BSI qui mettent en évidence une insatisfaction plus grande des niveaux A par rapport aux niveaux B tant sur les conditions de travail que sur la rémunération.

La séance a été levée non sans avoir préalablement rappelé les objectifs de la négociation qui sont :

  • fidéliser les personnels en leur proposant une carrière professionnelle motivante,
  • garantir un fonctionnement efficient du service médical,
  • prendre en compte les spécificités propres à l’exercice de leur expertise médicale,
  • favoriser la mobilité,
  • procéder au toilettage de la convention collective (nouvelles IRP, …)

Même si nous sommes satisfaits que la direction de l’UCANSS nous a affirmé que cette négociation sera “vers du plus”, nous resterons vigilants à défendre vos intérêts.

Nous avons déjà évoqué certaines pistes en termes de rémunération mais aussi en terme d’attractivité du métier notamment :

  • revaloriser le coefficient de base,
  • maintenir de l’ancienneté,
  • augmenter le pourcentage de points de contribution,
  • calculer la part variable sur 1 mois pour les niveaux A et B,
  • rendre plus accessible et plus attractif le passage de niveau A au niveau B,
  • garantir aux médecins conseils leur qualification en médecine générale,
  • permettre un exercice mixte.

La prochaine séance est fixée au 14 mai 2019, elle aura pour objet d’étudier les différentes propositions.

Vous pouvez compter sur nous !

L’équipe des négociateurs SGPC CFE CGC à votre service

Dominique CHAILLET-POIRIER,
Guilhem DELAS,
Anne-Laure GAUTHIER-FAVRET,
Valérie LONGUEPEE,
Yvan MARTIGNY