Info-flash du 28 août 2014

COG : austérité de rigueur pour 4 ans !

Nous avons voté contre : explications.

Le texte de la Convention d’Objectifs et de Gestion qui définit orientations et moyens à venir en accord avec la tutelle gouvernementale a été validé par le conseil de la CNAMTS le 31 juillet 2014.
Si dans la forme la visibilité est acquise dans les domaines évoqués, dans le fond, pour l’ensemble des organismes de l’assurance maladie, l’avenir va s’avérer très sombre.
4500 postes regroupant agents, cadres, agents de direction et praticiens conseils disparaitront dans les trois années à venir soit plusieurs dizaines de postes par unité de production CPAM, CARSAT, DRSM, UGECAM.

Pour parfaire cette « brillante » négociation, le volume des missions ne fléchira pas pour autant. Les organismes devront faire face à l’afflux du traitement des dossiers CMU, CMUc et ACS sans oublier l’instruction abracadabrantesque du nouveau compte pénibilité.

Le service du contrôle médical ne sera pas en reste avec la montée en charge de PRADO, de SOPHIA, l’inscription de 5 gestes supplémentaires au titre de la chirurgie ambulatoire soit 58 au total. Et nous n’oublierons pas de veiller à la performance de nos indicateurs de durées indicatives en faisant confiance à nos secrétariats pour convoquer dans les plus brefs délais et la plus grande absurdité … les kystes pilonidaux ainsi que les hallux valgus bilatéraux !
On nous inclurait même dans le cadre d’un indicateur de résultats visant la multiplication des suites contentieuses, ce qui nous promet de beaux engagements médiatiques à venir. On compte aussi sur nous pour promouvoir le programme des PSE dont tous se satisfont à l’exception des utilisateurs quotidiens …

Rien n’est oublié dans ce texte puisque du coté « environnement et conditions de travail », l’ensemble des organismes doit concéder 140 000 m2 de surface de bureau et se plier dans les trois ans à la règle des 12 m2 par agent.

Un encadrement mis en tension

Si les directeurs d’organisme, MCR en tête, doivent d’ores et déjà faire le deuil de la majorité des renouvellements de poste, ils devront également faire preuve d’imagination dans le cadre des coupes sombres qui leur seront demandées.

Dans de telles circonstances, une fois de plus ce seront les composantes de l’encadrement et les praticiens conseils, quel que soit leur niveau, qui seront mis en tension, de surcroit dans un contexte déjà connu de faible possibilité de recrutement par défaut d’attractivité.

Un sabordage par abstention

Il est nécessaire de savoir comment nous sommes arrivés à cette situation de sabordage. Cette « magnifique » négociation a été conclue par un vote au conseil de la CNAMTS avec :

  • 15 voix POUR, regroupant essentiellement les composantes MEDEF et employeurs
  • 13 voix CONTRE, dont notre confédération la CFE-CGC
  • 7 abstentions dont la CFDT

Tout le monde l’aura compris, la CFDT en s’abstenant a précipité l’approbation du texte. Une fois de plus, après  le coup porté à la constitution des Instances représentatives des praticiens conseils, la CFDT aura facilité la mise en place des engagements dont cette fois-ci l’ensemble du personnel de l’assurance maladie assurera la charge et les conséquences.

A la veille de toutes élections de représentation des personnels, cadres, agents de direction et praticiens conseils devront se souvenir que le particularisme de leur fonction ne trouve de véritable écho qu’au travers d’une représentation syndicale qui traduit exclusivement leur place au sein des salariés à savoir les seules organisations syndicales CFE-CGC.

Vous trouverez dans nos dossiers (nouvelle page COG) l’ensemble des textes visant la COG  2014-2017 ainsi que la déclaration CFE-CGC au conseil de la CNAMTS.