Info-Flash du 16 décembre 2014

CNC du 15 décembre 2014

Suite à notre départ du précédent CNC, nous avons de nouveau fait part à la direction de notre extrême préoccupation vis à vis de la forte dégradation de la motivation des PC (lire la déclaration in extenso CNC 15-12-2014) et en avons dénoncé les quatre principales sources actuelles qui nous sont remontées du terrain :

  • Une organisation du travail entraînant une confusion des rôles où l’on voit des agents administratifs prendre la main sur les convocations des MC à qui on demande de plus en plus de tâches de secrétariat
  • Des tâches peu efficientes (contrôles Ij 45 j), basées sur des référentiels non validés, à l’origine d’un nombre croissant d’incivilités, sans adaptation des inducteurs par rapport aux moyens et qui traduisent une rupture entre les concepteurs et les réalisateurs de terrain ;
  • Un réseau qui fonctionne sur un mode descendant où les PC sont confinés à un rôle d’exécution qui ne prend pas en compte leurs capacités créatrices ;
  • Une sous exploitation de notre capacité à nouer des partenariats efficaces avec les professionnels de santé sur le terrain, ce rôle étant entièrement laissé aux directeurs de caisses.

M. de Cadeville a répondu en décrivant le contexte de tension sur les effectifs et sur les résultats auquel toute l’Assurance Maladie est soumise, la nécessité de dégager du temps de travail par de meilleures organisations.
Mais nous savons tout cela ! Ce qui nous importe c’est que la direction comprenne qu’elle fait fausse route avec ses démarches actuelles d’industrialisation de l’activité des praticiens conseils et que la coupe est pleine.

Pour l’instant, notre appel ne nous parait pas avoir eu d’écho mais nous y reviendrons …

Le reste du CNC n’a apporté que quelques informations peu susceptibles de faire changer la morosité ambiante :

  • L’ancien DG n’a pas signé la proposition de modification de notre CET nous alignant sur les PA. Cela ne fait que dix ans que nous attendons !!! Il va falloir solliciter le nouveau directeur et bien sûr nous n’avons pu avoir d’échéance.
  • Le bilan sur les mesures budgétaires ne sera fourni qu’au premier trimestre 2015, tout au plus a-t-on pu savoir qu’il n’y avait pas cette année une grosse enveloppe de points d’expérience professionnelle venant grever celle les points de contribution.
    Nous avions pourtant des remontées de terrain différentes …

Nous avons déploré que les régions déficitaires en effectif ne fassent pas l’objet de mesures particulières pour éviter que leurs praticiens ne subissent la double peine (plus de travail et moins de points car calcul des enveloppes sur l’effectif présent), ce qui nous a valu une passe d’armes avec le SAPC toujours prompt à décrier la convention mais qui, comme toujours, ne propose rien.

Pour les chirurgiens dentistes, nous avons demandé où en est le travail des groupes nationaux, qu’en est-il d’un futur concours ? Le docteur Prieur a demandé quelques approfondissements qui repoussent les conclusions en février. Pas de concours de prévu pour l’instant alors que celui des MC devrait avoir lieu au premier semestre et celui des pharmaciens au second semestre.

La DRP nous a présenté l’expérimentation d’accompagnement des AT graves (ELSM de Lille, Artois, Versailles, Melun et Nice pour une période de deux ans jusqu’en 2017) qui nous parait être une démarche intéressante où le médecin conseil peut avoir un rôle de coordination et de supervision valorisant.
Nous verrons à l’usage et sommes heureux de voir que la CNAMTS prend le temps d’une bonne expérimentation.
Nous avons cependant rappelé que nous pensons préférable que les agents, futurs conseillers des assurés, soient issus du SM ou mis à disposition, c’est à dire, sous la hiérarchie pleine et entière du médecin chef d’échelon.
Il faudra aussi clarifier entre cette démarche et la PDP.

Pour le concours, il y aura bien deux oraux pour les médecins mais la forme définitive n’est pas encore arrêtée (attente de l’accord du DG puis de l’arrêté de la DSS).
Pour les pharmaciens conseils, 10 à 15 postes seront au concours selon M. de Cadeville, en fonction des postes vacants, sachant qu’il n’y aura pas d’intégration d’office des pharmaciens en poste comme CDD à la CNAMTS siège, ils devront passer le concours.

Au total, un CNC décevant, peu informatif et peu d’avancées dans le dialogue social.