Info-flash du 14 mars 2017

Elections au CCE du 30 mars 2017

Lettre ouverte des candidats du SGPC CFE-CGC

Tit-JFGTit-MHBostTit-YMartTit-DChPTit-JGirardTit-FLNSup-ALGFSup-DSDLSup-VLongSup-GDelasSup-GRosetSup-Jeze

Cher(e)s Collègues,

Nous allons voter à l’élection du Comité Central d’Entreprise de la CNAMTS.
Nous y débattrons entre autres, de l’économie, de la politique, de l’organisation de l’Entreprise, de son avenir comme de celui de ses salariés.

Cette élection est également importante pour la représentativité spécifique des praticiens conseils.
Aujourd’hui la tendance « politique », tous bords confondus, est de déporter l’élaboration des accords professionnels vers la négociation d’entreprise. Il y a donc un intérêt capital à peser et à être représentés par la force la plus concentrée et la plus  vigoureuse face à l’employeur si nous avons à négocier en particulier des accords pouvant améliorer notre convention collective au sein même de la CNAMTS.

Plus généralement, aujourd’hui comme de tous temps, le danger est double pour les praticiens conseils.

Le premier, c’est la division, qui mine notre capacité à établir un vrai rapport de force avec l’employeur qui puisse prévenir les dérives éviter les affrontements. On ne peut pas dire que ce dernier s’émeuve systématiquement des contraintes, de l’originalité et de la spécificité de notre exercice. Il avance dans « le mou » jusqu’à trouver « le dur ». Il peut aller jusqu’à nous provoquer et s’en trouve parfois renforcé par nos différences et divisions.
Dernièrement dans les Hauts de France, la mise en place d’une expérience de « taylorisme extrême » a été tentée. Nous y avons fait opposition par notre capacité à mobiliser les praticiens de terrain, toutes appartenances confondues, et l’implication de nos représentants nationaux, alors que dans le même temps, le praticien conseil FO siégeant au CHCST, approuvait le projet de la direction en suivant la consigne de vote des agents du même bord. Le leader SAPC des Hauts de France, quant à lui, n’a même pas signé l’appel à la pétition alors que ses propres confrères y adhéraient.
L’employeur joue de nos divisions, il est dans son rôle.

Le second danger, c’est celui de l’étouffement de la voix des praticiens conseils, couverte par les préoccupations des autres catégories de salariés. Les praticiens conseils des organisations syndicales multi catégorielles sont majoritairement absents, écartés ou priés de suivre « le nombre » lors des négociations.
Vos élus au sein des nouveaux Comités d’Etablissement commencent eux-mêmes à faire le constat de l’incapacité de nos collègues. Fort heureusement vos votes ont déjà limité ce genre de situations et le SGPC siège systématiquement à tous types de négociations.

Et que dire des listes communes de circonstance « carpe et lapin », elles  ne peuvent que précipiter la voix des praticiens conseils de la dilution à la dissolution.

L’employeur joue de nos divergences, les employés, le plus souvent, taisent poliment l’expression de « leurs » praticiens conseils.
Dans ces conditions, l’alternative est faible mais non absente. Nous n’avons d’issue pour pouvoir nous exprimer que celle d’abord de voter et ensuite de nous mobiliser le plus massivement autour d’une seule force représentant spécifiquement notre catégorie professionnelle.

Nous ne devons pas négliger ce rendez-vous sans quoi nous n’obtiendrons que peu ou plus rien.

Nos formations ne nous destinent pas prioritairement à l’engagement syndical mais après un temps de pratique salariée, nous faisons tous le constat de l’intérêt à la protection et au respect de notre exercice.
Certains « s ‘engagent », d’autres non, c’est leur droit, mais tous, nous devons être concernés par ces moments de vote, de représentation et de détermination de notre force.

Le SGPC-CFE-CGC est le seul à présenter une liste complète (6 titulaires et 6 suppléants). Vous pourrez tous noter la diversité de nos candidats (femmes, hommes, médecins, chirurgiens-dentistes, pharmaciens, régions de toutes tailles y compris DOM).

Ne manquons pas ce rendez-vous car, plus que jamais, nous sommes et serons en pression individuelle et collective.
Vous nous avez construit un franc succès aux dernières élections, ne baissons pas la garde de notre mobilisation sur cette prochaine étape aux enjeux majeurs.

Bien confraternellement